Partagez ce contenu

Infos pratiques

Publié le 28/09/17

Catégories

Nos projets innovants

La mise en œuvre d’un Cloud privé permet d’accélérer le lancement des projets, la mise à disposition des infrastructures et des services nécessaires au déploiement de nouvelles applications et fonctionnalités du Système d’Information, et donc in fine de réduire le Time to Market.

L’enjeu est donc de gagner en agilité pour mieux répondre aux attentes des métiers, tout en optimisant les coûts.

schema
schema

L’IaaS (Infrastructure as a service), le PaaS (Platform as a service) et le SaaS (Software as a service) correspondent à 3 modèles techniques différents ou utilisation de Cloud Computing. Chacun de ces modèles joue un rôle spécifique :

  • L’IaaS correspond à la partie infrastructure du Cloud et propose d’accéder à une infrastructure comme à un service. Ces derniers sont virtualisés et accessibles via le réseau. Les clients de ce type de Cloud peuvent créer et administrer un centre de calculs virtuels dans le Cloud composés de leurs propres machines virtuelles, démarrer ou arrêter à la demande des machines virtuelles à distance, sans avoir à se soucier des machines physiques. Ce type d’architecture apporte une grande flexibilité, et un grand contrôle de l’infrastructure. Elle permet de migrer tout type d’application métier dans le Cloud, et de déplacer tout type de serveur dans le Cloud afin de réduire ses coûts.
  • Le Paas permet d’externaliser des applications middleware : bases de données, couches d’intégration de données et environnements de développement des applications. Il permet aux développeurs de concevoir et déployer des applications web sur une infrastructure hébergée avec leurs propres outils. Le déploiement des applications est automatisé.
  • Le SaaS est la couche finale du Cloud, la plus aboutie et la plus simple à appréhender. Elle permet à l’utilisateur final d’accéder via une interface aux applications de l’entreprise, hébergées sur un environnement sécurisé (il lui suffit de se connecter avec ses identifiants via une interface). L’entreprise consomme alors ses applications à la demande, en fonction de ses besoins réels.